Montreal buying back our lands

Posted on Updated on

I was so sick of hearing whiners and morons say that we couldn’t buy back our lands. Finally we’re starting to see progress now that we’ve gotten rid of the pro-development Mayor and council. Another chunk of land going back to the public – for protection.

La Ville de Montréal acquiert un terrain d’envergure destiné à agrandir le parc-nature de l’Anse-à-l’Orme

Montréal, le 19 décembre 2013 – Le conseil d’agglomération a approuvé aujourd’hui un projet d’acte par lequel la Ville de Montréal acquiert, à des fins d’agrandissement du parc-nature de l’Anse-à-l’Orme, un terrain d’une superficie de 44 567 m2.

L’emplacement, situé sur le chemin Sainte-Marie, à l’intérieur des limites de la ville de Saint-Anne-de-Bellevue, est acquis pour la somme de 1 900 000$, plus taxes. Le prix d’acquisition a été négocié de gré à gré avec Gestion Cordevco Ltée.

« Cette acquisition nous permettra de consolider notre projet de conservation de l’écoterritoire du corridor forestier de la rivière à l’Orme et de poursuivre la mise en œuvre de la Politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels », d’affirmer M. Réal Ménard, responsable du développement durable, de l’environnement, des grands parcs et des espaces verts au comité exécutif de la Ville de Montréal.


« Cette décision de la Ville de Montréal s’insère parfaitement parmi les orientations de la Ville de Sainte-Anne-de-Bellevue à l’égard du milieu précieux qu’est l’Anse-à-l’Orme. Elle vient aussi confirmer le rôle prépondérant, et l’importance de notre ville dans la préservation et la valorisation des terrains naturels toujours existants dans l’île de Montréal. Nos générations actuelles et futures continueront donc de profiter d’un environnement de qualité, protégé, au cœur même de leur vie », de poursuivre, Mtre Paola Hawa, maire de la Ville de Sainte-Anne-de-Bellevue.

Avec cette annonce d’aujourd’hui, la superficie de ce parc de l’ouest de la métropole passe donc à 228 hectares.

Du point de vue de la biodiversité, le terrain acquis comprend une mosaïque d’habitats forestiers et humides. Il est constitué notamment d’une érablière sucrière, de frênaies rouges et de plusieurs marécages arborescents. On y retrouve notamment le micocoulier occidental, une espèce d’arbre d’intérêt.

« Guidée par le souci de préserver et d’augmenter la biodiversité sur son territoire et de protéger les milieux naturels, la Ville a fait ces dernières années des investissements de l’ordre de 36,6 M$. Montréal poursuit aujourd’hui ses efforts pour offrir un milieu de vie plus agréable aux familles montréalaises et une ville toujours plus verte », a conclu M. Ménard.

Pour plus d’information sur les grands parcs de Montréal et les efforts de la Ville en matière de protection et de mise en valeur des milieux naturels, visiter : ville.montreal.qc.ca/natureenville.