Lettre Ouverte Ministre Arcand

Posted on Updated on

LETTRE OUVERTE AU MINISTRE PIERRE ARCAND

Vente de la dernière parcelle de terrain public dans l’écocorridor de l’Anse-à-l’Orme

Montréal, le 8 août 2012

Monsieur Pierre Arcand
Ministre,
Développement Durable, de l’Environnement et des Parcs

Cher Monsieur le Ministre,

La Coalition Verte est choquée de la mise en vente de la dernière parcelle de terrain public dans l’écocorridor de l’Anse-à-l’Orme par le gouvernement du Québec. Devons-nous vous rappelerz que les terrains en litige gérés par Investissement Québec (anciennement SGF) appartiennent à tous les québécois et vous avez l’obligation morale de vous assurer qu’ils sont gérés dans l’intérêt de ceux-ci. Rappelons que la Société d’État a déjà empochée 11 500 000 de profit avec la vente de 64 hectares, et cela, malgré la forte opposition citoyenne.

Sous les principes des articles 6 et 8 de la Loi de développement durable, nous sollicitons votre intervention afin de rectifier la situation en vous rappelant la grande opposition des citoyens et des groupes environnementaux qui vous a été manifesté par de nombreuses lettres et pétitions dans ce dossier.

Selon les objectifs du PMAD, le développement pour l’Ouest de l’Île devra atteindre 30 logements par hectare d’ici 2016. La perte des espaces verts s’accélèrera et cela, bien avant la conservation de la trame verte ou du plan de reboisement ou même la mise en place d’un service de transport en commun actuellement inadéquat.
Selon le PMAD :
“Cette perte des espaces boisés est constante et continue (perte de 1 100 ha. 11 km2/par année) sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal, révèle que le couvert forestier occupe seulement 19,2 % du territoire terrestre du Grand Montréal. Or, il est généralement admis qu’une baisse significative de la diversité biologique est observée lorsque le couvert forestier d’une région passe sous le seuil de 30 % de la surface d’un territoire. ” ( PMAD – Décembre 2011; p.146, Le couvert forestier)

Il est donc inacceptable et irresponsable de privilégier le développement densifié ou non de ce secteur. La conservation verte de la parcelle publique à Ste-Anne-de-Bellevue contribue aux objectifs de conservation du PMAD.

Faut-il rappeler qu’au cœur de ce secteur se trouve un marais qui, en vertu de son caractère de milieu humide, est théoriquement protégé par la Loi sur l’Environnement. Pourquoi donc le MDDEP devait-il payer pour le protéger? Comment ce fait-il qu’il n’y ait pas des mécanismes fiscaux pour permettre le transfert d’un bien public à l’intérieur du gouvernement sans nécessité l’atteinte des budgets en place?

Nous remettons en question la décision de vendre cette parcelle à un développeur puisqu’elle est juxtaposée à un milieu inondable. Selon Madame Lucie Marceau, résidente de Sainte-Anne-de-Bellevue nord, des résidents du secteur ont fréquemment des problèmes d’inondation de sous-sol.
(rencontre d’information du Conseil, 11 juin 2012 au Centre Harpell)

Serait-il possible, voir prévisible que la proximité de la zone humide cause de problèmes aux futurs et actuels résidents? Dans le cas où la situation serait évitée en creusant un fossé ou un puits pour évacuer l’eau, cela affectera inévitablement la zone humide protégée car l’eau s’écoule toujours vers le plus bas et pourrait même l’assécher. Est-ce qu’Investissement Québec vendra sciemment un terrain qui risquent de causer des problèmes soient par l’inondation des sous-sols ou par l’éventuel atteinte à la zone humide? De plus, la cédrière actuellement protégée, unique sur l’Ile de Montréal, n’aurait aucune zone tampon entre elle et la zone résidentielle.

La Coalition Verte souhaite une meilleure cohérence dans les actions de notre gouvernement. Vendre ce terrain pour le développement va à l’encontre des objectifs du PMAD et ne respecte pas les vœux de nombreux citoyens.

Source : Coalition Verte
Information :
David Fletcher, vice-président 514-683-7864
Alison Hackney, secrétaire 514-457-3606
http://www.greencoalitionverte.ca